LE E-SPORT. Faire joujou ça va rapporter GROS!

e-sport-esport-millenium-gaming-house_5390689

 

A l’heure des salaires faramineux des footballeurs, du dopage dans le tennis (pour une fois que l’on ne parle pas du cyclisme) et de la retraite de KOBE BRYANT, voici venu une nouvelle génération de « sportifs ».

Leur discipline? Le E-SPORT. Non, ils ne sont pas musclés, ils ne sont (pas encore) payés des sommes pharaoniques, ne sont à mon avis pas encore dopés, et n’usent pas beaucoup de paires de baskets par an. Ils ne connaitront surement jamais l’entorse, la fracture de fatigue ou le trauma crânien, mais par contre les tendinites et les lunettes de vue surement. Car leur sport se passe uniquement devant un écran d’ordinateur. Que ce soit des jeux de sports comme du basket ou du foot, des jeux de guerres comme COUNTER-STRIKE ou CALL OF DUTY, ou de  stratégie comme LIGUE OF LEGENDS ou WARCRAFT, le E-SPORT est en passe d’obtenir un réel statut légal pour ses pratiquants et surtout pour ses champions.

MCA_Esports

EN GROS, pour ceux qui sont un peu plus âgés ou totalement largués, le E-SPORT ce sont des mecs entre 20 et 25 ans qui passent leurs journées à jouer à des jeux vidéos, et qui s’affrontent entre équipes du monde entier. L’équipe Française la plus connue est MILLENIUM. Installée en région parisienne (Levallois Perret), l’équipe de joueurs dispose de locaux dignes d’une grande entreprise.  A leur disposition, une salle remplie d’ordinateurs de grosse cylindrée faites pour l’entrainement, d’une cafète pour refaire les matchs et se détendre, et surtout d’une « arène » comme ils la nomment pour les compétitions, qui peut accueillir pas moins d’une centaine de spectateurs. Mais attention, même si eux se professionnalisent, ce n’est pas encore le cas de la plupart des équipes.

call_of_duty_black_ops_ii_3-wallpaper-2048x1536

Le but du E-SPORT c’est d’être suivis sur internet, quelque soit le réseau social. Et ça marche! Oui, moi aussi j’ai beaucoup de mal à comprendre que l’on regarde de petits bonhommes se mettre des balles dans le crâne ou s’envoyer des sortilèges à coups de hache pour gagner du terrain et ce pendant cinq heures. Mais c’est comme ça!

L’ambiance dans l’arène est incroyable, la foule est incollable sur les règles du jeu et réagit au quart de tour, encourageant son équipe favorite jusqu’à la victoire. Le public lui est parsemé de gosses d’une dizaine d’années et de trentenaires passionnés, tout ce petit monde s’y retrouve.

Toujours est il que ça fonctionne, puisque des millions d’internautes à travers le monde suivent ces compétitions en live….et ça rapporte gros!

esports-2

A votre avis, pourquoi des députés ont décidé de s’y intéresser? A mon avis ce n’est pas parce qu’ils sont nostalgiques de la SUPER NINTENDO et de Mario-Kart ou des cuisses de Chun-Li.

Bien sur, officiellement, ils s’orientent vers trois points:

1-Sécuriser juridiquement l’organisation des compétitions E-Sport. (et prendre un peu de fric en passant).

2-Clarifier le statut social des joueurs pro. (et prendre du fric en passant).

3-Encourager le développement en France. (Et oui, parce que les Asiates s’y sont mit il y a longtemps et qu’on va encore être les derniers alors que nous avons de vrais champions).

dossier-esport-1

Du coup, la France a des chances de se développer rapidement dans ce domaine prometteur, boostant par la même occasion les entreprises conceptrices de jeux ainsi que les distributeurs au niveau mondiale, et offrant à ses meilleurs joueurs un véritable statut international.

Qui sait, au lieu de regarder la Coupe d’Europe de Football en vrai à la télé, vous la regarderez peut être en mode E-Sport dans quelques années sur TF1…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *