ASSASSIN’S CREED

Assassin bide

Alors tout d’abord, je dois décrire les conditions dans lesquelles j’ai assisté à cette séance: je vous balance tout j’ai pas peur,

1-dans un cinéma de Bangkok (mais un beau et en 4K)

2-Avec peu de sommeil (cause décalage horaire)

3-Dans une salle où il devait faire à peu près 12 degrés (pas loin)

4-Après un hommage au défunt roi (tout les spectateurs debout dans la salle pendant la chanson commémorative, me suis levé par respect quand même, ils savent tous se battre en plus).

Bref, autant de choses qui auraient pu ne pas me faire aimer ce film tiré du cultisme jeu vidéo du même nom. Avec Fassebender comme acteur principal je m’attendais à quelque chose de bon qui allait me faire oublier son rôle de Magneto dans X-men.

Mais voilà, à la fin du film c’est avec l’envie pressante de me barrer que les lumières se sont rallumées. Je n’ai pas accroché du tout et principalement à cause d’une personne qui m’avait déjà presque gâché THE DARK NIGHT (à cause d’une simulation de décès pitoyable), j’ai cité celle qui ne sort plus de son rôle de la MÔME, Marion Cotillard.

C’est pas possible, il faut l’enlever des films Américains, la mettre au théâtre ou au Jamel comedy club je ne sais pas, ou alors cela n’engage que moi, surement d’ailleurs!

Les acteurs sont plutôt bons, Fassebender est parfait en assassin, les décors et les costumes sont très beaux il n’y a rien à dire. Les chorégraphies de combats sont fluides, les cascades impressionnantes et les fans du jeu retrouveront avec plaisir les mouvements de leur héros et des moments clés de l’histoire. L’époque de l’inquisition Espagnol est criante de vérité, on sent qu’un gros travail sur l’ambiance du film, ça c’est réussi!

Pourtant, à part ça rien, non vraiment, pas d’emballement, des longueurs où le décalage horaire reprenait le dessus, une intrigue très moyenne avec Jeremy Irons et Charlotte Rampling comme méchants, pas vraiment dans leur rôle, un peu has been aussi.

Des petits Français comme Denis Ménochet se sont incrustés au casting pour jouer les méchants, mais franchement je le revois encore dans Julie Lescaut ou Caméra café, non vraiment pas crédible pour un sous, ce n’est pas de sa faute et je suis très content de le voir accéder à une aussi grosse production…mais là non.

Bref, après un excellent ROGUE ONE, c’est dur de passer à autre chose parfois. Il faut savoir en laisser un peu, bon bah là je prend les costumes et les décors et je laisse tout le reste!

Passez votre chemin, et retourner jouer au jeu il est mille fois mieux.

NOTE: 4/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *